Randonner avec son bébé ou son enfant en altitude : les précautions à prendre

Vous aimez parcourir les sentiers de montagne en toute liberté, grimper pour découvrir votre reflet dans un petit lac niché entre deux sommets, communier avec une nature préservée, loin des bruits et des contraintes de la ville.

Bref, la randonnée en montagne, c’est votre kif ! Une passion, riche de tant d’enseignements et de bonheur, que vous aimeriez faire partager à vos enfants. Pourtant, vous vous posez des questions : peut-on randonner en altitude avec un bébé ? A partir de quel âge un enfant peut-il marcher sans encombre ? Quelles sont les précautions à prendre pour randonner en toute sécurité ? Suivez le guide…


Randonner en altitude avec bébé à partir de quel âge !

Un enfant et à fortiori un bébé sera beaucoup plus sensible à l’altitude et à ses effets qu’un adulte. Les changements de pression atmosphérique tout comme la raréfaction de l’oxygène auront des conséquences sur son métabolisme. D’une façon générale, une altitude inférieure à 1500 mètres, altitude à laquelle peuvent apparaître les premiers symptômes de mal des montagnes, ne devrait pas poser de problèmes. Ensuite, quelques règles sont à retenir : ne randonnez pas avec un bébé de moins de 6 mois au-delà de 1500 mètres. Ensuite, en grandissant, un enfant pourra atteindre des altitudes plus importantes : 1800 mètres vers 2 ans, 2000 mètres à 3-4 ans, et à 8-12 ans, un enfant peut rejoindre des sommets d’environ 3000 mètres. Et c’est à 13-15 ans qu’il disposera des mêmes capacités (et de la même sensibilité au mal des montagnes !) qu’un adulte.

A noter également qu’en dessous de 3 ans, il fait éviter les montées en altitude trop rapides, par exemple en téléphérique. Les tympans de votre bout de chou pourraient en souffrir. Il sera donc nécessaire de respecter des paliers de repos.

Enfin, qui dit rando dit marche. Et les jambes de vos enfants ne sont pas aussi efficaces que les vôtres ! Alors ne faites pas marcher un enfant de moins de 3 ans plus de 2 km. Quant au dénivelé, il ne dépassera pas les 100 mètres. A partir de 5 ans, il peut parcourir 5 km et gravir 500 mètres. A son rythme évidemment et avec des pauses !
Un dernier conseil : si votre bébé ou enfant souffre de problèmes ORL, oubliez la randonnée en montagne !

Avant de partir : bien équiper votre bébé

De votre préparation dépendra la réussite de votre rando en montagne. Surtout si vos bébé ou enfant en bas âge vous accompagnent.
D’abord le matériel de portage si votre enfant est jeune. Jusqu’à 6 mois, votre bébé peut être porté en écharpe. Ensuite, dès qu’il se tient assis, optez pour le porte-bébé avec cale-pieds et pare-soleil pour lui assurer un confort optimal.

Ensuite, les vêtements de votre enfant et en la matière, les règles sont les mêmes que pour un adulte : quelle que soit la météo, prévoyez une première couche pour la respirabilité, une deuxième pour la protection contre le froid et une troisième contre le vent.

Ne négligez surtout pas la protection contre le soleil, les rayons UV étant plus agressifs en montagne : choisissez un chapeau aux larges bords, des lunettes et ne lésinez surtout pas sur la crème solaire indice maximum.

Le choix des chaussures de votre enfant ne doit pas être laissé au hasard : privilégiez des chaussures de qualité, avec des semelles souples, une bonne accroche et équipé d’un tissu imperméable.
Enfin, dernier impératif : la trousse de secours pour soigner les petits bobos !

Le jour J : ce qu’il ne faut pas oublier

Si votre bébé est porté, n’oubliez pas de faire des pauses toutes les deux heures pour lui permettre de dégourdir ses petits muscles. Quant à l’hydratation, c’est toutes les demi-heures !
Pour les enfants qui marchent, les pauses d’au moins un quart d’heure sont également indispensables. D’abord, pour reposer ses jambes encore faibles, mais aussi pour boire et grignoter des fruits secs ou une barre de céréales.

Et puis aussi pour permettre à l’enfant de s’habituer à l’altitude. Et au manque d’oxygène auquel il est plus sensible que vous. Ces pauses deviendront des paliers
N’oubliez surtout pas d’encourager votre enfant, de le valoriser et de lui donner des motivations : un lac, un sommet, un goûter sympa dans un refuge, la faune et la flore à explorer (la rencontre avec des marmottes ou des bouquetins est toujours magique pour un enfant !).

Tout est prêt, vous êtes parés pour votre randonnée. A vous les sommets ! Si vous appliquez ces conseils, aucun souci pour « aller voir là-haut » avec vos enfants. En revanche, si pendant la montée, votre enfant souffre de maux de tête, de vomissements ou de vertiges, redescendez immédiatement. Le mal des montagnes peut avoir de graves conséquences, qui plus est pour un bébé ou un enfant.